Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

#DoctorHine II - Chapitre 4

4 Juillet 2013 , Rédigé par Emmessem Publié dans #DoctorHine

Salut!

Eh oui, le Docteur Hine ne voyage pas dans le temps mais prend de l'avance! En effet, je ne serais pas là samedi alors je vous poste l'avant-dernier chapitre de cette seconde aventure.

A samedi pour ceux qui viendront à Japan Expo/Comic Con et qui me verront en temps que Visiteur.

A dimanche pour les autres avec la traditionnelle "Annonce de ouf" de fin de convention.

En attendant, bonne lecture les copines :)

#DoctorHine II - Chapitre 4

Ca y est. Il était trop tard pour reculer. Hine faisait face à un être évoqué dans de nombreux faits divers et de nombreuses légendes. Apparu peu de temps avant la Révolution Corse, cette chose aurait aidé les forces de Bonaparte à raser les villes et les villages, à abattre les tours et les châteaux, à décapiter les nobles seigneurs et ducs. Beaucoup de rumeurs circulaient au sujet de cette créature, et le Docteur n’avait jamais cru à l’idée d’un animal domestiqué, mais encore moins à l’idée d’un psychopathe, étant donné l’ampleur à la fois géographique et temporelle de ses actions. C’était donc cette chose qui avait poussé la Reine et sa cour à se réfugier dans les sous-sols de Paris ? Bien, il allait au moins avoir quelque chose à étudier. Commençant par une approche en douceur de la créature, il essaya de…sympathiser :

« Alors, George. Je peux t’appeler George ? J’ai toujours pensé appeler mon chien George, si j’avais un chien. Mais encore aurait-il fallu que j’apprécie les animaux pour en avoir un. Cela dit, tu es loin d’être un chien n’est-ce pas ? Qu’es-tu réellement ? Un loup-garou ? Un canadien ? »

Comme pour répondre, la créature se rapprocha lentement de Matthew, qui tremblait à la fois de peur et d’excitation. Il était peut-être sur le point de faire la plus grande découverte de l’Histoire de l’humanité, et cette fois il pourrait l’exploiter, pas comme avec les Liktalzzz. Finalement, cette collaboration avec les services français avait des chances de s’avérer fructueuse, et il pourrait être amené à la renouveler, si la construction du tunnel sous-marin reliant son pays avec celui-ci ne prenait pas trop de temps.

A moins que…

Le loup s’écroula au sol. Il saignait. Il venait de recevoir une rafale de balles dans toutes les parties de son corps. La haine envahit soudainement Hine qui avait perdu foi en ses nouveaux compagnons aussi rapidement que cette confiance lui était venue. Machinalement son bras droit se leva et l’effort pour le retenir fut surhumain à quelques centimètres du visage d’Azéline. Il aurait dû se douter qu’il s’était fait de faux espoirs, qu’il était différent et qu’aucune de ces femmes ne pouvait le comprendre. Ce n’était que des soldats. Les mêmes que ceux avec qui il avait perpétré un génocide pendant la Guerre des Boers, les mêmes que ceux qui transformeront l’humanité en monstre, comme dans les romans d’H.G Wells – un jour ces femmes seront pires que des Liktalzzz et la solution qui semblait la plus logique était de les tuer maintenant.

« Je vous faisais confiance. lâcha-t-il, d’une voix pleine de rage à la fille qui était à ses côtés.

  • Il n’est pas mort. C’est pour ça que nous avions besoin de vous.
  • Ne comptez-pas sur moi. Ne comptez plus jamais sur moi. »

Matt avait senti du désespoir dans la voix de ce qui aurait pu être son amie mais il n’en avait que faire. Son propre chagrin venait prendre la place de la colère alors qu’il s’approchait du corps de la Bête, inerte. Se penchant vers elle, il constata qu’elle respirait toujours et un sourire se dessinait sur son visage. Ce monstre avait donc survécu. Et le plus intéressant c’était que son bras perdait ses poils rétrécissait, devenant…humain. Tout ça devenait vraiment…

« Fascinant ! Tu as survécu à…Quoi, une dizaine de balles ? Une vingtaine ? »

Tout en arrachant un morceau de la manche de son pardessus pour en faire un bandage au loup, l’homme au chapeau melon réfléchissait à ce qu’il pouvait être, à haute voix :

« La science n’est pas encore suffisamment avancée pour qu’un homme puisse en transformer un autre en loup. La magie ? »

Le Docteur marqua une pause dans son raisonnement. Il n’accordait que peu de crédits à la sorcellerie mais ce qu’il avait vu à Londres et ce qui se tenait sous ses yeux lui faisaient douter de tout ce qu’il avait appris ou croyait connaitre, en matière de sciences et de tout ce qui en découlait, de près ou de loin. La magie n’était peut-être qu’une science de plus, des algorithmes qu’il suffirait de maitriser pour que l’homme puisse manipuler le monde à sa guise.

Mais il était sur une autre piste, avec ce loup-garou. Il devait juste changer d’outil pour faire une prise de sang à l’homme-loup et continuer de le soigner. Il devait prendre ce qu’il avait dans la poche…Non. Il avait l’outil, mais il lui manquait autre chose.

Un autre coup de feu. Un autre impact de balle. En à peine une dizaine de secondes, le loup, incapable de suffoquer pour préparer ce qui allait arriver, implosa. Tout était fini. Paris n’était plus que vapeur.

Partager cet article

Commenter cet article