Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Critique de Réminiscence

23 Février 2014 , Rédigé par Emmessem Publié dans #Réminiscence

Salut!

Je vous avais promis un point sur mes projets. Eh bien, presque un mois après la sortie officielle de Réminiscence, il est temps d'en faire une critique!

Critique de Réminiscence

Une réminiscence, c’est un vague souvenir d’un évènement passé, qui nous revient quand on s’y attend, ou pas. C’est le principe même de la critique de film : écrire à propos d’un souvenir, de la dernière impression laissée, souvent basée sur une réflexion faite pendant le générique – ou parfois après la scène cachée qui le suit. Et au fur et à mesure que les mots viennent pour développer ce sentiment, d’autres souvenirs arrivent les compléter. Les critiques cinématographiques se nourrissent en permanence de réminiscences.

Critiquer un court-métrage sobrement intitulé Réminiscence résout le problème ! Quand on traine un peu sur Internet, sur des sites comme YouTube, YouPorn ou Dailymotion ou qu’on s’intéresse aux Nuits 4.0 de France Télévisions, on voit passer beaucoup d’œuvres conçues pour le web, avec une durée réduite. Certaines sont bonnes, d’autres moins, une chose est sûre, c’est que lorsqu’on creuse dans les profondeurs de la Toile, on trouve des perles. Réminiscence en est une !

Pour son premier film, réalisé dans un cadre universitaire, Nicolas DEFOSSEZ a choisi d’être derrière et devant la caméra en étant à la fois réalisateur, scénariste et acteur pour le rôle principal, celui de Romain, jeune étudiant dont la vie semble être tout à fait normale jusqu’à qu’il ne soit frappé de réminiscences. L’idée de base est classique, vue dans de nombreux court-métrages conçus par des jeunes puisqu’elle les touche directement : la violence à l’école. Tous les réalisateurs ont au moins une fois évoqué ce thème dans une de leurs œuvres. Faut-il rappeler par exemple le clip polémique College Boy d’Indochine réalisé par Xavier DOLAN ? Mais l’originalité du scénario se trouve dans le fait d’amener la violence par le biais de flashbacks, dans un style qui n’est pas évoquer Lost de J.J ABRAMS, un terrain glissant qui s’avère très adapté à un film d’environ 6 minutes.

Les personnages sont incarnés par des acteurs débutants, mais néanmoins talentueux, à commencer par l’auteur lui-même. Il y a bien sûr quelques maladresses dans le jeu, mais on peut penser que la plupart d’entre eux comme Jordan LEMAHIEU sont promis à un avenir dans le monde de l’audiovisuel. Cela étant, l’un des inconvénients qui se présente est un manque d’attachement aux personnages. Il y a au cours de ce court-métrage un flot presque incessant de pression et de violence que le spectateur se prend en plein visage. C’est un choix artistique, mais le manque d’humour et de dérision vis-à-vis de la situation pourrait s’avérer assez gênant, surtout pour une fiction diffusée sur Internet, un milieu où l’humour règne en maitre. Il s’agit là du seul bémol du film, même si on peut souligner qu’en sept minutes, placer de l’humour quand on veut raconter une histoire complète, c’est compliqué.

En bref, Réminiscence n’est pas une œuvre de divertissement, mais un film qui pousse à la réflexion et éventuellement à une remise en question, malgré quelques défauts. C’est un court-métrage à voir absolument et à revoir plusieurs fois pour en saisir toute l’essence :

Partager cet article

Commenter cet article