Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Au revoir 2015

31 Décembre 2015 , Rédigé par Emmessem

2015, c'est pas toi, c'est moi.

2015, je te quitte. Pas parce que je t'aime plus mais car il faut que j'avance.

2016 me tend déjà les bras.

Mais avant de partir, je compte bien me couvrir, et je t'écris cette lettre, d'adieu comme d'amour.

Le 31 décembre représente toujours l'occasion d'une rétrospective sur l'année qui vient de s'écouler. Certains font ça seuls, d'autres en parlent autour d'eux, moi j'écris un article sur mon blog. Faut bien l'alimenter. Il n'a pas été nourri depuis 6 mois et 3 jours, le pauvre. Mais pour bien saisir le bilan de 2015, il faut remonter jusqu'à une époque où celui-ci était sur le point de naître : en 2012.

Malgré la fin du monde annoncée par nos amis les Mayas, 2012 a été une des années les plus intéressantes de la vie de votre rédacteur préféré, tant d'un point de vue professionnel, qu'artistique et personnel. C'est là que ma première BD est sortie dans les pages de Forgotten Generation. Dans le même temps, je me lançais dans l'écriture de web séries, poussé par une passion pour l'audiovisuel dont j'ai pris conscience après avoir vu Avengers.

C'est ce que disait finalement la prophétie des amérindiens : 2012, la fin d'un cycle et le début d'un nouveau. Pour moi c'était la fin du lycée et l'entrée à l'IUT, démarrant une formation qui confirmait mes ambitions de devenir scénariste de fictions destinées à la télévision, au cinéma et à différents médias numériques. Continuant d'écrire des comics, j'ai aussi pu développer des courts-métrages et des séries diffusées sur Internet, majoritairement dans un cadre scolaire.

Deux ans plus tard, dans un moment de flottement, conséquence d'un enchaînement de presque-réussites qui résonnaient surtout comme des échecs, je me retrouvais à douter : et si le journalisme était une autre voie possible ? Pourtant je sentais que je ne m'y épanouirai pas complètement. Et le monde de la presse me rendait cette hésitation, laissant la plupart de ses portes fermées ; mais avec le recul, je lui en suis plutôt reconnaissant.

Alors par une association d'idées très étrange, comme si ma vie pouvait évoluer au rythme des épisodes cinématographiques d'Avengers, j'attendais 2015 comme le nouveau 2012. Un renouveau sur tous les plans. Ca avait pourtant mal commencé pour les artistes, et implicitement pour mon inspiration qui avait pris un sacré coup. Mais hors de question de se laisser abattre. Il faut continuer d'écrire, pour tous les domaines. Show must go on.

Et le spectacle continuant, quelques mois plus tard, ma vie s'est mise à ressembler à une comédie romantique de Noël, avec une fin moins sympathique, sans doute parce qu'on était aux alentours de Pâques. Une autre défaite à l'issue d'une bataille qui aurait pu et dû être gagnée. Ca ne pouvait plus, ça ne devait plus arriver. Heureusement, Avengers : l'Ere d'Ultron était quand même plutôt chouette.

Puis vient l'heure de participer à un concours. D'en réussir la première épreuve. Puis la seconde. Et d'avoir l'honneur comme l'incroyable chance de faire partie des candidats de la troisième, pour vivre une journée exceptionnelle. Enfin, de recevoir un mail. De ne pas oser l'ouvrir. Pour finalement cliquer, rempli de peur et d'excitation avant de, contre toute attente, se mettre à pleurer... de joie.

C'est surtout ce que je retiendrai de 2015 : mon entrée à l'Ecole de la Cité en formation scénariste dans la promotion Xavier Giannoli. Même en écrivant ces lignes, j'ai du mal à y croire, tant tout ça semble magique. Entouré d'intervenants géniaux, j'apprends l'écriture scénaristique pour le cinéma et la télévision, tout en vivant des expériences aussi professionnalisantes que passionnantes. Et j'ai pas les mots, hors mis des superlatifs, pour décrire à quel point c'est cool.

En plus j'ai eu l'occasion d'écrire un court-métrage qui a été tourné - réalisé par un étudiant réalisateur de l'Ecole, Pierre Signoret - pour Halloween qui reste toujours d'actualité, Ani The Jedi Slayer :

Finalement, je ne sais pas si cet article est extrêmement clair ou si je me suis contenté de survoler le parcours qui m'a mené là où j'en suis.

En tout cas, en 2015 j'ai définitivement trouvé ma voie.

En 2015, je commence un nouveau cycle. 

En 2016, il continuera et j'espère qu'il durera jusqu'après Avengers : Infinity War :)

Bonne année, lectrices et lecteurs. 

Au revoir 2015. Parfois j'ai l'impression que tu t'es un peu foutu de moi mais je t'aime de tout mon coeur.

J'espère que 2016 sera encore meilleure. 

Partager cet article

Commenter cet article