Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labo d'Emmessem et Ben' D.

Jean-Christophe & Winnie : Revenge of the Pooh

La plupart des adaptations en prises de vues réelles de films animés produits par Disney sont décriées. Parce qu'elles sont davantage motivées par des ambitions mercantiles qu'artistiques, mais aussi car elles se divisent en deux catégories : celles qui proposent exactement le même récit, sans chercher plus loin, mais aussi les quelques unes qui veulent s'imposer comme des suites que personne n'a demandé ou qui sont dénuées d'intérêt. Bien qu'elles aient toutes, malgré le tout, le mérite d'être sympathiques - eh oui, votre rédacteur préféré est un vendu à Mickey - la meilleure d'entre elles reste Le Livre de la Jungle signé par Jon Favreau; ce dernier exploitant à fond la technologie qui lui est offerte pour accomplir son oeuvre.

Dès lors, il était facile de s'en prendre à Christopher Robin dès sa mise en chantier. Non seulement il s'incluait dans cette mouvance d'adaptations live et s'incarnait comme une suite forcée à la francise Winnie l'ourson, mais en plus il allait être réalisé par Marc Forster, l'homme derrière le laborieux Quantum of Solace et la purge qu'est World War Z. Pourtant, impossible de ne pas se laisser tenter par le long-métrage lorsqu'on a grandi avec les habitants de la Forêt des Rêves bleus.

Le film se montre malin dès son introduction avec une séquence qui arrive à donner un point de contexte aux plus jeunes qui découvriraient Winnie par ce long-métrage, tout en plantant le décor de l'intrigue qui va suivre. C'est un véritable plaisir de retrouver toutes ces peluches vivantes - particulièrement l'incroyable Tigrou - dans un design réel qui peut diviser, mais qui réussit son pari ; celui d'ancrer l'action dans un contexte historique, proche de ce qu'a traversé le véritable Christopher Robin.

Si Allison Schroeder - qui a travaillé sur Les Figures de l'ombre - et les autres scénaristes cherchent à dater leur récit, c'est bien parce qu'ils racontent une histoire sur le temps ; et sa fuite. Ewan McGregor campe à merveille un Jean-Christophe qui a traversé de nombreuses épreuves. Grandir a sûrement représenté l'étape la plus compliquée de sa vie, même s'il semble heureux, tant dans son rôle d'employé, que dans celui de mari ou de père. Mais comment ne pas être ravi d'avoir Hayley Atwell pour épouse et Mark Gatiss comme patron ?

Jean-Christophe & Winnie : Revenge of the Pooh

En vrai, il y a plein de bonnes raisons, que Jean-Christophe et Winnie nous propose de découvrir. La direction que le film va prendre est très attendue, puisqu'il cible un public familial, mais ça ne le rend que d'autant plus intéressant. A l'instar d'autres productions Disney ou Pixar, il est ici question d'accepter d'être adulte, mais de ne pas oublier son âme d'enfant. Un message qui peut - doit - toucher les petits comme les grands. En tout cas ceux qui un coeur de mousse.

Le tout est saupoudré d'éléments comiques qui font mouche, notamment grâce aux chocs culturels, causés, entre autres, par l'arrivée de Winnie dans le monde des hommes. Les dialogues dialogues sont aussi excellents que les situations et beaucoup d'effets visuels fonctionnent, même dans les parties les plus sérieuses, remplies de bonnes idées. On reprochera juste au réalisateur de ne pas avoir travaillé davantage la Forêt des Rêves bleus et, surtout, sa différenciation, avec la "réalité".

Pour conclure, notons que le scénario est bien structuré, fonctionnant clairement au rythme du message et que quelques petites perles traînent à l'intérieur. Le bémol à noter serait le manque de consistance du personnage incarné par Hayley Atwell et ce, malgré toute la caractérisation qu'ont essayé de lui inculquer les auteurs ou encore le talent de la comédienne : on sent que c'est une fonction davantage qu'un protagoniste.

Malgré ses petites imperfections, Christopher Robin parvient à retranscrire la mythologie de Winnie l'ourson dans un univers en prises de vues réelles. Et s'il ne s'agit pas d'une suite nécessaire à l'intrigue, son propos est suffisamment intéressant pour la justifier.. Une belle réussite pour les ambitions créatives et studios Disney. Et leurs profits mercantiles !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article