Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labo d'Emmessem et Ben' D.

Excelsior

Salut lectrices et lecteurs,

J'ai mis du temps à rédiger cet article. Sans doute parce que je peinais à trouver mes mots. C'est un sujet difficile que je vais aborder et certains diraient que je n'ai même pas besoin de le faire. Mais je ressens l'envie - et le besoin - d'écrire à ce propos. Alors, même si ça n'en est qu'un parmi tant d'autres, voici mon hommage à Stan Lee

J'ai eu la chance de naître une trentaine d'années après que le génie créatif de Stan Lee se soit exprimé, pour qu'il mette en place l'univers Marvel tel qu'on le connaît. D'autres auteurs avaient eu le temps de l'exploiter - The Man ayant fait preuve d'intelligence en leur passant le flambeau - et les adaptations de comics, déjà fleurissantes, allaient connaître une véritable effervescence. 

C'est grâce à F3X, qui diffusait notamment X-men Evolution, que j'ai commencé à m'intéresser aux super-héros. Alors que Wolverine était le gars stylé que n'importe quel gamin de 6 ans et-demi admirait, Scott Summers s'imposa à moi comme un modèle. Puis vint le jeu vidéo Spider-Man 2 : La Revanche d'Electro où j'ai rencontré le personnage auquel je m'identifierai toujours.

On s'fait une toile ?

On s'fait une toile ?

Peter Parker est un adolescent intelligent, mais aussi très timide, qui peine à s'intégrer socialement. Cependant, quand il enfile le costume de Spider-Man, il devient un super-héros trop cool qui utilise aussi bien ses toiles que son humour pour affronter ses adversaires. Un concept brillant, qui a de quoi marquer des générations de lecteurs / joueurs / spectateurs. 

J'ai suivi Peter Parker jusqu'aux toiles de cinéma, avec le Spider-Man de Sam Raimi. Et comme les super-héros  sur grand écran me branchaient bien, j'ai fini par découvrir Les Quatre Fantastiques réalisé par Tim Story. Qu'est-ce qu'il était cool, Johnny Storm ! Un autre des personnages créés par Stan Lee auquel je m'identifiais et que j'admirais ; parce qu'il contrôlait le feu. 

Pour la blague, c'est d'ailleurs dans Les Quatre Fantastiques et le Surfeur d'argent, que j'ai compris pour la première fois que Stan Lee faisait un caméo. Désormais en possession du secret, j'allais essayer de repérer les apparitions du scénariste dans toutes les œuvres adaptées de son travail, notamment au sein du Marvel Cinematic Universe, sur le point de se lancer.   

Captorch America!

Captorch America!

Et parce que les adaptations ne me suffisaient plus, je me suis lancé dans la lecture de comics, découvrant le travail titanesque de Brian Michael Bendis sur Avengers, l'entreprise excellente de Dan Slott sur Spider-Man, les plans de Jonathan Hickman pour Fantastic Four, le run stupéfiant de Joss Whedon sur X-men ou encore le génie de Mark Waid au service de Daredevil.

Les scénaristes que j'ai cités ne sont pas les seuls héritiers de Stan Lee, mais ils ont creusé la mythologie qu'il a mis en place pour faire naître des intrigues incroyables. Parce que Marvel, ce n'est pas que des mecs en collants qui tapent sur des méchants. C'est un univers partagé où des héros transcendent leurs propres problèmes pour venir en aide à autrui.

Ce concept, on le doit à Stan Lee et ses collaborateurs. Mais il faut aussi lui reconnaître qu'il s'est toujours battu, même après avoir lâché l'écriture, pour que ses personnages atteignent d'autres médias. S'il ne l'avait pas fait, je ne me serais peut-être jamais intéressé aux super-héros. Les jeux vidéo et télévision m'ont emmené vers le cinéma, qui m'a renvoyé aux comics. Et inversement. 

Marvel NOW!

Marvel NOW!

C'est là où je voulais en venir. Je n'ai pas écrit tous ces paragraphes juste pour vous raconter ma vie. Stan Lee a profondément marqué la culture populaire, aussi bien comme scénariste qu'en tant qu'homme d'affaires. Je ne le connaissais pas et je n'ai jamais eu la chance de le rencontrer, mais j'ai la certitude absolue que sans son oeuvre, je serais différent aujourd'hui. 

Le travail de Stan Lee, mais aussi sa philosophie, le cœur qu'il a donné à ses héros, sont une véritable source d'inspiration. Il a changé le paysage de la bande-dessinée américaine en s'entourant de talents qu'il a su canaliser. Ce qu'on peut lire et voir aujourd'hui, chez Marvel, c'est son héritage. Une des choses qui m'a donné envie d'écrire.  

L'essence même du travail de Stan Lee ne se trouve d'ailleurs pas forcément chez ses héros les plus connus. Une de ses meilleures bandes dessinées en tant que scénariste est un arc sur le Surfeur d'argent, illustré par Jack Kirby, mais aussi par le dessinateur français Moebius. Un récit sur les problématiques humaines que peut rencontrer un extraterrestre. L'esprit Marvel.

Excelsior ! 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ben Wawe 23/11/2018 22:30

Un grand homme est parti.
Je suis heureux de voir que, dans le bruit général de cette période si prompte à brûler ses idoles, une vraie majofima l'acclame pour ce qu'il était : un grand créateur du XXe siècle.