Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Doctor Hine I - Chapitre IV

31 Janvier 2013 , Rédigé par Emmessem Publié dans #doctor hine, #src, #Corlatius

Salut, salut! C'est jeudi et c'est l'heure de lire l'avant-dernière partie de Doctor Hine - La Tour, le Fou et le Docteur.

Mais avant, que pensez-vous de la nouvelle mise en page du blog? On m'a souvent fait remarqué que les Twitts masquaient les articles et ça m'embêtait aussi, mais je n'avais pas envie non plus d'arrêter de Twitter. Du coup j'essayais de me limiter, sans forcément y arriver. Enfin bref, il faut savoir que j'ai calqué la mise en page sur le blog de DBenjamin, un ami qui rédige ds articles sur les nouvelles technologies. Merci Benjamin.

Bonne lecture!

Doctor Hine I - Chapitre IV

Chapitre IV

« Une influence de Starcraft ? Non, Lovecraft, c’est ça ? J’ignore qui il est, je ne lis pas les contes pour enfant. Ce qui est en train d’arriver est l’exemple même de ce qu’écrit Herbert-Georges Wells. Ces créatures, c’est ce que sera l’humanité dans une cinquantaine d’années.

- Docteur, je pense qu’il n’est pas temps de débattre de littérature.

- C’est toi qui a commencé, Charlie. »

Les deux hommes couraient dans les rues de Londres. Hine ne pouvait se retenir de parler, capable d’aborder n’importe quel sujet tout en restant cohérent, pour oublier qu’il avait peur. Une dizaine de minutes s’étaient écoulées depuis la mort des policiers. Des restes humains jonchaient les trottoirs, du sang frais, noirci par des résidus de chair tapissait les murs des bâtiments.

Les survivants fuyaient. C’était vraisemblablement le seul moyen de survivre à l’attaque de ces…choses, même si ce n’était qu’un sursis et que si personne ne tentait rien, la capitale ne serait bientôt plus qu’un amas de ruine couvert de cadavres. Matt avait cependant bien compris que rester en compagnie de Charles Foster lui assurait une certaine protection. Malgré son apparence chétive et fragile, cet homme était quelqu’un de fort, quelqu’un de brillant, presque surhumain. Il l’était d’ailleurs sûrement, car s’il n’était pas surhumain il ne prendrait pas le risque de se précipiter dans les plus sombres recoins de la plus grande et dangereuse ville de l’Empire-Uni, tout en faisant signe au Docteur de le suivre, certain que les voies qu’ils empruntaient les éloignaient des monstres.

Mais trouver où se cacher n’allait pas tarder à devenir compliqué. Les êtres surnaturels couvraient une trop large surface et une partie d’entre eux prenait d’assaut le palais de Buckingham. Si le Roi survivait à cette folie l’Histoire se souviendrait de lui comme du premier monarque à avoir subi les changements du vingtième siècle. Il était dommage par ailleurs qu’aucun moyen de communication ne puisse retransmettre en direct les images et les sons de ce qui était en train de se passer. Le monde ne saurait que demain que Londres était tombée, que Londres était prise par ces…

« Liktalzzz. fit Foster, essoufflé.

- Comment Charlie ?

- Ces créatures. Ce sont des Liktalzzz. La pire chose qui puisse exister dans l’ensemble du Multivers, après mon patron. Ca dépasse cette ville, ça dépasse cet Empire, ça dépasse ce monde. Il faut les arrêter maintenant Docteur.

- T’en n’as pas les moyens ? »

Charles était assis, le dos contre un mur dans une minuscule ruelle de Londres, tentant de reprendre son souffre. Bien qu’il ait conservé l’avantage tout au long de son combat contre Smith, ce dernier suivit d’une course pour sauver sa vie et celle de l’humain l’avaient épuisé. Il ignorait combien de temps il pourrait encore tenir.

Le mur derrière lui se fissura avant de se briser complètement pour laisser apparaitre un Liktalzz. En une fraction de seconde son bras était devenue une lame qui lui servit couper en deux son assaillant. Matthew applaudit machinalement, fasciné par cette scène.

« Je peux les tuer un par un. Mais nous n’en avons pas le temps. Il nous faudrait une arme de destruction massive. »

Le Docteur se prit la tête entre ses mains, perplexe. Si même Foster ne pouvait les arrêter alors qui le ferait ? Il avait peut-être quelque chose qui pourrait…Non, non, c’était impensable. Plus jamais il ne devait s’en servir, c’était une promesse qu’il s’était faite, trop de vies avaient été prise à cause de ça. Il devait trouver une solution rapidement avant que son compagnon ne lui meurt dans les bras. Peut-être pouvait-il rompre sa promesse ? Il n’en avait pas le droit, pour l’Empire il était devenu un monstre traité en héros et il se devait de renoncer à ce type de vie. Mais cette situation ne concernait pas l’Empire, elle concernait une entité beaucoup plus grande et beaucoup plus puissante que l’Empire seul. S’il ne survivait pas à cette nuit il ne pourrait jamais en apprendre plus sur cette entité. Il pouvait bien se salir les mains une dernière fois pour sauver sa propre vie et un milliard d’autres ainsi que sa curiosité intellectuelle. Le choix était maintenant fait. Le plan de secours concordant avec ce choix se mit en place rapidement. C’est décidé et rempli d’un espoir étrange qu’il tendit la main à Charles pour l’aider à se relever avant de lui ordonner d’une voix lourde :

« Amènes-moi en haut de Big Ben. »

-----

Doctor Hine I - Chapitre IV

Mais pourquoi je mets cette image en ligne, à la fin du chapitre (je devrais trouver des titres, d'ailleurs) ? Eh bien, ça aguiche sur le blog de Ben Wawe, avec cette phrase :

« Je suis Lord Corlatius et si je n’ai pas commencé cette guerre, soyez sûrs que je l’achèverai. »

Partager cet article

Commenter cet article