Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Doctor Hine I - Chapitre I

10 Janvier 2013 , Rédigé par Emmessem Publié dans #doctor hine

Chose promise, chose promise! Le Docteur HIne, le scientifique le plus brillant de tous les univers est de retour!

C'est la fin d'un monde et le début d'un autre dans Doctor Hine - La Tour, le Fou et le Docteur. Bonne lecture :)

Doctor Hine I - Chapitre I

Chapitre I – Charlie

Londres, janvier 1903.

Un homme au long manteau vert sortait d’un train, entouré de dizaines de soldats. Ils revenaient tous de l’Enfer, le sourire aux lèvres, même lui qui n’avait jamais tenu une arme de sa vie. Enfin, lui ne souriait pas, lui restait stoïque, il savait ce qui l’attendait maintenant qu’il était revenu : une réception en son honneur. Un rassemblement de bourgeois, glorifiant un massacre et la présentation des revenants à un nouveau monarque soi-disant prêt à toutes les réformes du monde, alors que lui voulait juste s’éloigner de sa patrie pour oublier ce qu’il avait vu, faire un détour par le port d’Amsterdam, y croiser des marins. De toute façon il n’irait pas à cette réception, il avait l’intention de se cacher dans un pub de la capitale et tant pis si on remarquait son absence et qu’il n’était pas nommé chevalier, il y survivrait.

Au même moment, dans un bar de Londres, étrangement propre pour un établissement où étaient censés se réunis des exclus de la société venus noyer leur chagrin, un homme à l’accoutrement quelque peu anachronique, accoudé au comptoir attirait dangereusement l’attention vers lui. Il ne faisait rien particulier, c’était à cause de l’aura qu’il dégageait, sa façon d’agir, de vérifier si son feutre était correctement en place et que sa cravate était bien nouée tout en tremblant montraient que sa place n’était pas ici. En effet, il n’était pas censé être là et il n’en avait pas particulièrement envie. Mais il le fallait. Aujourd’hui était un jour important car aujourd’hui il était chargé d’accomplir sa première mission pour le Grand Patron. Une tâche dont il était fier mais impliquant des responsabilités qui ne faisaient qu’amplifier son anxiété.

Soudain, un homme à la démarche lourde entra dans la taverne. Tous les regards se tournèrent vers lui, délaissant l’homme à la cravate qui le dévisagea, ne comprenant pas celui-ci suscitait tant d’agitation. Trainant sa veste verte, il avança lentement vers le comptoir, sans prendre le temps d’observer un quelconque client. Evidemment, il était conscient que son arrivée intriguait et fascinait tous les gens présents, à commencer par le tavernier qui était ce qui se rapprochait le plus d’un ami pour lui. Il posa son chapeau melon et choisit de briser ce silence de mort.

« Qu’est-ce qui t’arrive, Will ? On dirait que tu as vu un revenant.

- Tu n’es pas censé être au palais de Buckingham ?

- Et toi, tu n’es pas censé me servir un café ?

- Content que la guerre n’ait pas changé tes habitudes concernant l’alcool. »

Le tenant du pub se tut et exécuta sa tâche, le sourire aux lèvres, content que ce qui pouvait s’apparenter à son client préféré soit de retour. Un peu de répartie et de prestige ne ferait pas de mal à l’établissement. L’homme à la cravate, plus que perturbé et d’une curiosité maladive, ne tarda pas à se rapprocher du nouvel arrivant et d’essayer d’engager la conversation d’un ton plus moins assuré. Ca lui permettrait de patienter avant que sa mission ne commence. D’être moins anxieux avant l’heure du premier affrontement.

« Vous…vous revenez d’une guerre ?

- L’intervention d’un Empire s’étendant sur quatre continents pour calmer les élans révolutionnaires d’un pays sous-développé, je n’appelle pas ça une guerre mais un massacre, monsieur…?

- Charles Foster.

- Parfait. Ce sera Charlie dans ce cas. Charlie, mon petit Charlie, tu n’as donc pas entendu parler de la Guerre des Boers enclenché par la Reine il y a quatre ans ? Tu es étrange.

- Je…je…

- Allons, je plaisante. Tu dois être Français. En plus tu te permets de venir discuter avec un inconnu plus que sinistre dont tu ignores jusqu’au nom. Je m’appelle Hine. Matt Hine. Mais pour toi ce sera Docteur. »

Foster mit quelques secondes avant de pouvoir prononcer une nouvelle, le temps d’assimiler toutes les informations qui lui avaient été communiquées et de se remettre des émotions provoquées par la rencontre avec ce Docteur. Il dégageait une prestance énorme, c’était indéniable, à la fois cynique et sympathique. L’homme espérait que s’il était amené à le recroiser dans sa mission, ce serait en tant qu’allié et non en tant qu’ennemi, sinon ses chances d’avoir des problèmes étaient relativement élevées.

Pas le temps d’en dire plus. C’était l’heure. Ca allait commencer. Il posa plusieurs billets sur le comptoir et serra la main de Hine avec ardeur.

« Eh bien Docteur, c’est un honneur de faire votre connaissance. Je dois y aller mais j’espère que nous nous reverrons. Tavernier ! Gardez la monnaie, la consommation de cet homme est pour moi. »

Ajustant une dernière fois sa cravate, Charlie sortit de la taverne et perdit peu à peu son sourire et la conscience que lui avait permis d’accumuler cet entretien. C’était imminent. Les paroles de l’homme en vert, amateur de caféine, lui avaient au moins permis d’en apprendre plus sur l’époque où il se trouvait et lui permettraient peut-être d’avoir un avantage stratégique dans le combat qu’il allait mener. Ce n’était plus qu’une question de minutes maintenant. Quelle que soit la guerre à laquelle ait fait face l’Empire-Uni, quels que soient les ennemis que le Docteur avait affronté, ni lui ni personne dans ce pays n’était prêt à ce qui allait arriver. Tout simplement parce que Charles Foster lui-même n’était pas sûr de pouvoir mener le front correctement.

Partager cet article

Commenter cet article