Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Iron Man Rox

2 Mai 2013 , Rédigé par Emmessem Publié dans #IronMan3, #Avengers

Certains le savent, faire des critiques de films ou de séries est quelque chose qui me plait. C'est d'ailleurs pour ça que je suis aussi sur SensCritique. Et en plus c'est le CyberMonth, le mois qui fait écho à Iron Man 3. Alors je me sentirais stupide si une semaine après l'avoir vu, je ne vous en livrais pas une critique :

Iron Man Rox

Ca faisait trois cents soixante quatre jours qu’on n’avait pas vu de film produit par Marvel Studios. Et comme dirait Perceval dans Kaamelott : « C’est pas une sinécure de passer après Avengers » et pourtant il sait pas ce que ça veut dire sinécure. Et c’est justement le thème d’Iron Man 3 : comment revenir à une vie normale après les évènements de New York ? Bien sûr, quand je dis « vie normale », je parle de la vie normale d’un mec qui s’est construit une armure ultrasophistiqué.

Dans le film de Shane Black, on suit l’histoire d’un simple humain qui a fait équipe avec des dieux et des monstres pour stopper une armée d’extraterrestres, ce qui forcément laisse des séquelles. Tony Stark est paranoïaque, insomniaque, – et à peu près tout ce qui finit en « iaque » sauf peut-être « haleine de yack », il faudrait demander à Pepper – tout en restant un génie, playboy, philanthrope. C’est là que réside un des points forts de l’œuvre : plus axé sur la psychologie et les doutes du personnage que lors des deux précédents opus, elle reste drôle et en utilise à merveille toute la palette de jeux de Robert Downey Jr. Et des autres acteurs qui ont rejoint la distribution : notamment Ben Kingsley ou Guy Pearce.

Le scénario en lui-même est assez bien écrit. Même si en tant que lecteur de comics, il faut accrocher aux choix faits par le scénariste qui a souhaité s’en détacher. Le spectateur n’est donc pas face à une adaptation au sens où on l’entend habituellement mais à une vision différente de la bande-dessinée. Cela étant, le film semble tout autant inspiré de James Bond et Sherlock Holmes que d’Iron Man. Le film aurait pu s’appeler Tony Stark Skyfall ou Tony Stark Jeu d’Ombres si l’armure et les références à l’univers Marvel n’étaient pas omniprésentes.

Pendant toute la durée du film, on a cependant l’impression d’assister à une leçon de réalisation, peut-être parfois excessive et abusant à mon goût d’effets spéciaux explosifs. A vouloir imiter Joss Whedon en se centrant sur un seul « Avenger », Shane Black a plus tendance à tendre vers les Transformers de Michael Bay, et le spectaculaire devient par moment gênant. Mais Shane Black arrive à esquiver le Michael Bay en laissant le scénario passer avant le spectaculaire.

En conclusion, Iron Man 3 est spectaculaire, drôle, intéressant et bien écrit malgré quelques petits défauts. C’est un parfait lancement pour la Phase 2 de l’Univers Cinématographique Marvel.

Partager cet article

Commenter cet article