Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le labo d'Emmessem

Space Myths - Where No Man Has Died Before FIN

18 Août 2013 , Rédigé par Emmessem Publié dans #SpaceMyths

Salut à tous!

Ici pas de grand discours, juste la présentation émue, du final de Space Myths - Where No Man Has Died Before.et un merci à Edwin Boyer.

Bonne lecture! Vers l'infini et au-delà!

Space Myths - Where No Man Has Died Before FIN

Chapitre IV - Tête de Plomb

La douleur, à la fois physique causée par ses blessures et mentale, issue de la perte de son compagnon, avaient fait perdre toute sa motivation à Kosmos. Il ne chercha pas à se tourner pour voir qui était son adversaire, il ne réfléchissait pas non d’où venait les vagues souvenirs que lui évoquait cette voix. Tout était perdu. Ce n’était plus la peine de se battre. Epic allait imploser et il n’allait pas tarder à rejoindre Z. Avec un peu de chance, il sacré héros de façon posthume. Mais ça n’avait pas réellement d’importance.


« Oh capitaine, capitaine, vous n’êtes pas le capitaine. »


La voix s’était rapprochée et sa source maintenant devant le corps étendu de Kosmos, le regardant de haut – au sens propre. Soudainement, l’envie de combattre revenait alors que malgré une vision floue, John pouvait distinguer ce casque de métal recouvrant la tête d’un homme en veste noire. La veste n’était évidemment pas un élément distinctif. Il connaissait les différentes rumeurs de l’univers, et l’être qui se tenait à moins d’un mètre de lui se faisait appeler Tête de Plomb, un dangereux mercenaire connu et recherché dans plus de vingt-huit galaxies différentes. Mais ce n’était pas le nom qu’il lui donnait.


« Ted Hawk, mon vieil ami…
- Ah, enfin une phrase complète. Le sens de la rhétorique du célèbre John Kosmos me manquait. Mais vous faites erreur, cet homme est mort. Vous l’avez tué. répondit haineusement l’homme au casque d’acier.
- Mais j’ai cru comprendre que son remplaçant n’était pas resté inactif durant toutes ces années. Je me trompe ? »


Le capitaine marqua une pause. Il avait, en plus d’une profonde affection, un très grand respect pour Hawk. Le voir ainsi face à lui faisait ressurgir dans son âme les images les plus sombres de son passé. Toute sa vie il se souviendrait de ce sinistre jour, le jour le plus solitaire de sa vie – jusqu’à maintenant. Jamais, pendant le reste de son existence, il ne pourrait oublier, ni même se pardonner, pour ce qu’il avait été contraint de faire dans la Nébuleuse d’Eneg et…


Non. Le pire ce n’était pas les actes que Kosmos avait commis, c’était les conséquences. Son protégé, son apprenti, son égal, était devenu un meurtrier, un assassin, l’un des pires êtres qui aient existé dans l’univers connu. Ted Hawk n’était pas seulement un ancien ami. C’était la bataille qu’il avait perdu, son premier véritable regret, son plus grand échec, la défaite qui en valait des milliers. Et il était prêt à tout pour réparer son ultime erreur.

« Il est encore temps de revenir. Il y a toujours une place pour toi au sein de l’Archange.
- Encore faudrait-il qu’il y ait toujours un Archange.
- Quoi ? »


Un coup de pied faisant se retourner le corps de John, qui put constater, incapable d’agir, que l’Archange était en train de subir le même sort qu’Epic. Un torrent de flammes l’engloutissait. La compassion du capitaine disparaissait en même temps que les pièces du vaisseau. Ils allaient tous mourir. Watson, Hiryû, Oswald, Wawe, Pendragon, Merrick, Bouley, Tamara…. Malgré la rage qui animait le capitaine, il n’avait pas suffisamment d’énergie pour lancer une véritable attaque et put juste à se retourner lamentablement sur le sol, comme une tortue essayant de se débattre. Tête de Plomb prit le soin de s’accroupir, pour être au niveau de son ancien commandant, tout en restant supérieur à lui.


« L’Archange a fini par se brûler les ailes. Mais j’ai abandonné les anges depuis longtemps, me joignant aux dieux.
- Pour…pourquoi ?
- Nous y voilà enfin. La Question Finale. « Pourquoi ? », la dernière question que se posera l’univers avant d’imploser. Alors que la réponse se trouve au-dessus de nous.
- C’est-à-dire ? Je suis un peu…coincé.
- Pendant que l’univers se faisait la guerre, que des soldats comme vous participiez à la chute d’Asgil, à la poursuite de Brax, les étoiles s’éteignaient. Et personne n’a rien fait pour l’empêcher. Elles continuent de s’éteindre.
- Quelle perspicacité. C’est un phénomène naturel et le thème de prédilection des auteurs préférés d’un ami commun.
- Et tu ne t’es jamais demandé pourquoi ? Il ne s’agit pas d’une symbolique amenant l’ombre et les ténèbres. Les étoiles ont été conçues par les anciens dieux, les mythes spatiaux pour emprisonner leurs ennemis, l’Armée de Kronos.
- Tu délires complètement !
- Si je délire mon commandant, d’où vient le géant qui a ravagé Epic ?
- C’était Kronos ?
- Non. C’était un éclaireur. Les étoiles vont continuer de périr, d’autres Titans vont arriver, jusqu’à ce que Kronos lui-même soit libéré. Epic est le point de départ de la Fin de l’Univers. Et moi, le prophète, l’émissaire de cette extinction, je vais vous laisser vivre pour que vous en soyez témoins. Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous laisser à l’agonie, en Roi Solitaire. Je vais vous donner quelques pions, qui deviendront fous en comprenant les tours du cavalier de l’Apocalypse. Peut-être même trouverez-vous une Reine. »


Sans que Kosmos ne puisse répondre, le Mercenaire avait disparu en manipulant un bracelet attaché à son manteau. Il était revenu quelques minutes plus tard, jetant les corps légèrement brûlés de deux membres de l’équipage : Hiryû et Tamara. Lui-même ne savait pas réellement s’il s’agissait de cruauté ou d’une certaine compassion à cause des remords qu’il pourrait avoir. Il ne trahissait pas un homme qui l’aimait, tous les jours. C’est la voix tremblante qu’il lâcha, avant de s’en aller, de la même façon qu’il était arrivé :


« Ohé, ohé, capitaine abandonnez. »


Utilisant toutes ses forces pour se relever, John Kosmos put constater avec un léger soulagement que les compagnons ramenés par son ancien coéquipier étaient vivants. Mais ce n’était qu’une maigre consolation. L’Age Sombre venait de s’achever et pourtant le chaos approchait, comme si aucune lueur d’espoir n’était permise pour tous ses enfants. Les poings serrés, le cerveau du professeur Z à ses pieds, observant la désolation autour de lui, l’homme promit de venger son équipage. Dans un soupire, il pensa aux mots que ce même cerveau aurait pu avoir si on lui avait laissé parole, pour conclure cyniquement ce jour où sous le commandement de John Kosmos, le vaisseau Archange avait exploré de nouveaux mondes étranges, découverts de nouvelles civilisations pour finalement mourir là où personne n’était mort avant :


« L’humanité a évolué mais à quel prix ? »

Partager cet article

Commenter cet article

Ben Wawe 18/08/2013 14:42

Pas mal, définitivement. De la SF assez classique, peut-être trop pour moi. J'avoue que le Space-Opera ne me passionne pas plus que ça, même si c'est bien réalisé, là. Après, il y a un souci de rythme au début, et je trouve que l'humour ne fonctionne pas toujours, ou alors peut-être pas comme ça. Je ne sais pas comment définir ça, mais l'humour dans la SF classique, c'est un peu casse-gueule, et un "ohé capitaine abandonnez", ça me sort de la lecture. Vraiment.

Bon, c'est pas mal hein, j'ai bien aimé, je ne me suis pas ennuyé. Je suis curieux de voir d'autres choses de ce genre.